Câbles internet sous marins : tout savoir

Lorsque nous nous connectons sur nos PC, nos tablettes et nos Smartphones, nous sommes loin d'imaginer l'ampleur du phénomène web et l'immensité des infrastructures technologiques ainsi que tous les enjeux qui en découlent.

Effectivement, si partout dans le monde, on assiste à une explosion du trafic Internet, nous sommes nombreux à penser que notre connexion se fait grâce aux satellites, et bien ... Non, en tout cas, pas seulement et absolument pas majoritairement. Moins d'1% de nos connexions à Internet passent par les satellites.

En effet plus de 99 % des flux mondiaux transitent par des réseaux sous-marins, qui se tendent sur plus d'un million de kilomètres soit plus de 30 fois le tour de la terre, sous nos océans, ce sont donc des milliers de kilomètres de câbles en fibres optiques qui nous permettent d'être connectés à tous les pays de monde.

Une immense toile enfouie sous les mers, qui garantit, en continu, le transit massif de nos données Internet.

Câbles Internet sous marins,reseau filaire,internet

430 câbles Internet sous-marins dans le monde

Un réseau ancien en perpétuel développement

Les réseaux sous-marins ne sont pas nés d'hier puisqu'ils ont vu le jour en 1851, d'abord utilisés pour les communications télégraphiques, puis téléphoniques grâce aux fils de cuivre la fibre optique permet, aujourd'hui de relier tous les continents par Internet.

Le premier câble sous-marin, posé en 1851, reliait, grâce au télégraphe, le Royaume-Uni et la France.

En 1858, le premier Transatlantique est installé, il relie l'Irlande à l'Amérique du Nord.

Le nombre de câbles sous-marin ne cesse d'augmenter, et en 1900, le réseau de câbles sous-marins atteint déjà 200 000 km.

En 1902, les premiers câbles Transpacifiques voient le jour reliant ainsi l'Australie et la Nouvelle-Zélande au Canada en passant par les Iles Fidji et Kiribati, mais aussi les États-Unis à la Chine en passant par Honolulu et Manille.

Une évolution constante

La gestion de ces câbles est assurée, dès 1865 par l'Union Télégraphique Internationale, renommée ensuite l'Union Internationale des Télécommunications dont la mission consiste à veiller au bon fonctionnement de l'interconnexion de tous les réseaux et à en assurer l'évolution technologique.

En 1956, le premier câble téléphonique voit le jour, et en 1988, le premier câble à fibre optique est déployé entre la France, les États-Unis et le Royaume-Uni.

Câbles Internet sous marins,reseau filaire,internet

Comment fonctionne un câble Internet sous-marin ?

Les câbles sous-marins en fibre optique sont aujourd'hui omniprésents. Leur fonctionnement est assuré par un laser qui envoie des ondes d'un émetteur à un récepteur, à la vitesse de la lumière.

Composition un câble sous-marin

Les fibres optiques, au centre du câble, sont très fines (leur taille correspond à la taille d'un cheveu) et fonctionnent par paires (une fibre pour chaque sens de transmission). Plus il y a de fibres optiques plus le débit est important puisqu'une paire de fibres optiques va générer un débit d'environ 4 térabits soit déjà 200 000 fois plus qu'une connexion ADSL classique.

Les fibres optiques, extrêmement fragiles, doivent être parfaitement protégées. Elles sont donc plongées dans de la vaseline et insérées dans un tube composé de cuivre ou d'aluminium.

De nombreuses couches protectrices viennent encore compléter le câble :

  • Polycarbonate pour la résistance thermique
  • Aluminium pour l'étanchéité
  • Tenseurs en acier
  • Bande de Mylar (isolant thermoplastique, thermique et étanche)
  • Polyéthylène

Installation des câbles

Les câbles Internet sous-marins sont installés par des navires spécialement adaptés, appelés « câbliers », on enterre les câbles prés des côtes, puis on les pose au large sur les fonds marins.

Les câbliers se chargent aussi de l'entretien, des réparations et du relevage des câbles. Il y a une centaine de navires câbliers dans le monde.

Les câbles sous-marins : des chiffres impressionnants

Un marché annuel de 2 milliards de dollars

La vie sous-marine des câbles Internet est sous le contrôle de quelques grands noms français, américains et japonais.

  • ASN (Alcatel Submarine Networks) - France
  • TE Subcom - États-Unis
  • NEC - Japon

Depuis quelques années, l'enjeu économique est tel que d'autres groupes ont investi, comme Huawei (Chine) et Tata (Inde). Les toutes puissantes GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) se sont largement lancées, tout comme certains fournisseurs de contenu comme Netflix.

Des kilomètres de câbles en plus ces dernières années

En 2016, 27 000 km de nouveaux câbles ont été installés et en 2017, ce chiffre a triplé.

Toujours plus de transit de données

  • En 1992 : on transmettait 100 Go en 1 journée,
  • En 2016 : on transmettait 100 Go en 1 seconde
  • En 2018 : en 1 seconde, on transmet plus de 26 000 Go

Maréa : le câble Internet sous-marin surpuissant

Déployé par les géants Facebook, Microsoft et l'opérateur téléphonique Telxius Maréa est, à ce jour le câble Internet sous-marin le plus puissant et le plus long au monde. En effet il se déploie de Virginia Beach aux États-Unis jusqu'à Bilbao en Espagne soit 6 400 km de câble fibre optique. Maréa peut transporter 160 térabits par seconde, ce qui représente 75 % de l'ensemble du trafic Internet actuel.

La vulnérabilité des câbles Internet sous-marins

Le fond des mers n'est pas un long fleuve tranquille et les câbles sous-marins ne sont pas à l'abri des dommages et des dégradations dues aux tsunamis, aux tremblements de terre, aux ancres marines, aux filets de pêche, voir aux morsures de requin.

Les réparations étant, bien sûr, très onéreuses et souvent complexes, les câbles sont spécialement conçus pour résister à la pression et aux agressions, pour être parfaitement étanches et pour durer 25 ans en moyenne.

Un équilibre fragile

Internet et la vitesse d'échange de données est un booster économique indéniable malheureusement les câbles Internet sous-marins restent vulnérables, malgré les précautions prises par les fabricants. Certaines pannes peuvent durer dans les temps et avoir de lourdes conséquences économiques.

En 2006, par exemple, le tremblement de terre au large de Taïwan a endommagé plusieurs câbles et engendré la coupure de plus de 100 millions de lignes téléphoniques, interrompant donc, temporairement, échanges boursiers et bancaires de toute une région.

Une bagarre commerciale et géopolitique

La montée en puissance des données transitant par nos océans et les enjeux capitaux que cela engendre, inquiète les experts géopoliticiens, à juste titre ?

Deux exemples récents viennent corroborer cette inquiétude :

  • En 2017, le président du Cameroun, Paul Biya, a coupé l'accès à Internet, en réponse aux revendications des Anglophones du pays : plus d'Internet, plus de médiatisation et plus de mouvement...
  • En 2013, Edward Snowden, ancien employé de la NSA, dénonçait l'utilisation par les services secrets américains, de systèmes d'espionnage, copieur des données transportées par les câbles sous-marins.

Plus d'infos à travers ce site.