Fin du rtc : le guide complet

Vous avez sans doute déjà appris en France comme ailleurs dans le monde que le Réseau Commuté de Téléphone (RTC) vit actuellement ses derniers mois ou années malgré sa robustesse. Du fait de son caractère obsolète et de la faible rentabilité qu'il offre, les opérateurs envisagent de le supprimer et de le remplacer par des solutions IP. Comment cela va-t-il se passer et suivant quel calendrier? Quelles seront les solutions de remplacement à la fin RTC? Ici, nous vous disons ce qu'il y a à savoir.

Fin du RTC, RTC

Le RTC : une technologie historique

Il y a quelques décennies de cela, pour communiquer, les correspondants étaient obligés de se connecter manuellement entre eux au moyen d'un câble dans les centraux téléphoniques. L'installation des centraux automatiques vint ensuite. Désormais, au moyen d'un clavier rotatif, on joignait son correspondant. Les impulsions produites étaient ensuite converties par les centraux automatiques en mouvements mécaniques. Ainsi, se fait la mise en relation des deux circuits de correspondants. Plus tard, dans les années 80, quelques améliorations techniques ont été apportées sur ce réseau afin d'en automatiser le fonctionnement. Toutefois, la base de fonctionnement du RTC est restée la même. Mais cela date et il était peut-être temps de changer d'époque.

RTC : une fin prévisible

La fin du téléphone fixe était depuis un moment déjà prévue par les opérateurs de téléphonie dans le monde. Il vit ses dernières années. La première raison de la fin du RTC, ce réseau robuste, est qu'il devient de plus en plus cher en termes de maintenance. Par ailleurs, il est énergivore. En effet, les câbles autoalimentent les terminaux téléphoniques en énergie électrique de tension 12 ou 48 V. Cette auto alimentation se fait sans connexion au réseau électrique d'EDF ou d'autre fournisseurs électriques. En outre, certains composants à commutation de circuits qui sont présents dans les milliers de commutateurs centraux d'ancienne génération encore fonctionnels, sont issus de technologies électromécaniques vieilles de plus de 30 années. La maintenance exige souvent le remplacement de ces composants. Ce qui est souvent difficile car souvent les pièces sont inexistantes. Et quand elles existent, elles sont très rares et reviennent alors trop chères. La fin RTC était donc prévisible. D'après l'opérateur historique Orange, il existe en France près de 300 systèmes concernés par cette obsolescence.

Fin du RTC, RTC

Le fossé entre deux générations de téléphonie

L'évolution du système

Depuis près de deux décennies déjà, les opérateurs ont commencé à remplacer au coeur de leur réseau central ou ?core-blackbone', la Time Division Multiplexing ou TDM (technologie vieillissante) par des solutions SIP Trunking. Il s'agit de la voix sur IP ou VoIP sur des infrastructures de fibre optique. Pendant ce temps, la téléphonie traditionnelle subsiste toujours et en parallèle, au niveau des plaques régionales. Ce parallélisme engendre de forts coûts en maintenance ainsi que des risques de pannes et de dysfonctionnement récurrents. Contrairement à ce que pense une partie de l'opinion publique, la fin RTC ou la suppression des autocoms publics d'ancienne génération n'est pas synonyme de disparition des paires torsadées ou réseau cuivré. En effet, le réseau cuivré conservant son utilité, pourra servir désormais à des supports d'autres formes de télécommunications numériques. Au nombre de ces nouvelles formes de télécommunications numériques, figurent les services d'accès à Internet xDSL, les services de liaisons spécialisées, les services utilisant des box résidentielles ou professionnelles dont l'alimentation électrique est assurée par le réseau électrique de l'abonné. En mars 2017, l'ARCEP a révélé la réduction du nombre d'abonnés au réseau de la téléphonie traditionnelle. Ce reflux de l'ordre de 1,2 millions par an se fait au profit de la téléphonie Voix Large Bande via un modem ou une box. À cette date-là, les abonnements au VLB ont atteint 27,8 millions.

Le calendrier de fermeture du RTC et les implications

Le calendrier d'Orange

L'opérateur Orange a soumis en 2016 à l'ARCEP, un calendrier de fermeture progressive du RTC. Ce calendrier a été validé en 2017. Une période de préavis de 5 ans avait été exigée par l'autorité de régulation des télécoms. De ce calendrier, il ressort que dès la fin de l'année 2018, plus aucune commande de lignes téléphoniques du RTC ne sera possible. L'installation d'un service de Fax ne sera également plus possible sur une ligne analogique de l'ancien modèle. Toujours selon le calendrier, plus aucune ligne téléphonique fixe ne sera construite sur le RTC mais plutôt sur la technologie VoIP. Et ce à partir du quatrième trimestre de l'année 2018 et dans la métropole. Toutefois, la migration progressive vers la technologie VoIP ne pourra débuter qu'à partir de 2022. Le calendrier prévoit l'arrêt en métropole des offres multi-lignes aussi bien pour les clients particuliers qu'aux entreprises. La migration progressive qui commencera dès 2022 au plus tôt, se fera selon un zonage qui réunira l'ensemble des communes et arrondissements de la France. Pour éviter tout désagrément causé au consommateur, Orange s'est engagé auprès de l'autorité de régulation des télécoms, à annoncer 5 ans à l'avance, la fermeture du Réseau Téléphonique Commuté dans chaque région. Afin que les autres opérateurs dépendants de lui, puissent développer une offre de téléphonie sur IP via une box ou un modem, Orange devra leur proposer une offre de gros dite « Accès Essentiel ». Actuellement chez les opérateurs, les offres alternatives sont bien assez affûtées. Le « tout IP » est déjà l'objectif de plusieurs d'entre eux.

Les conséquences du tout IP pour les consommateurs

La VoIP est une autre manière d'utiliser la Session Initiation Protocol ou SIP. Il s'agit d'un langage de communication entre les appareils multimédia s'appuyant sur l'Internet Protocol. Cela impliquera une certaine mise en conformité au niveau du consommateur. En effet, dans le besoin d'une nouvelle ligne téléphonique, le consommateur devra souscrire à une ligne VoIP auprès d'un opérateur. Notons que 75% des français emploient déjà et sans le savoir, la VoIP pour téléphoner. En outre, le consommateur devra migrer vers le VoIP d'ici 2023, c'est à dire l'année où tous les équipements centraux seront démantelés. Le consommateur devra également souscrire un accès à Internet auprès de son opérateur et utiliser un convertisseur afin d'y connecter son terminal fax ou autre. Le convertisseur a pour rôle la simulation du RTC. Ainsi, le consommateur n'aura pas à renouveler ses équipements notamment l'ascenseur. Seul inconvénient : ce boitier fonctionne grâce à l'électricité. Donc gare aux dégâts en cas de coupure du secteur.

La fin RTC sera l'essor du tout IP. La VoIP offre une grande possibilité dans le secteur de la communication. Trouvez plus d'informations à travers ce site.